Culture

The minimalists : abandonner le superflu pour vivre mieux

12 septembre 2017

Apparement, il n’y pas que moi qui suis saturée par toute cette surconsommation. La preuve avec ce mouvement sur le minimalisme et retour aux choses simples de la vie. Même si c’est ce que je promeut j’ai bien sur encore beaucoup de mal à l’appliquer pour moi. Lire des livres, regarder et écouter des émissions est un rappel constant de ces différentes actions à appliquer pour revoir ses priorités et arrêter de remplir sa vie de choses ou de stress inutiles.

The Minimalists est un reportage disponible sur Netflix et je vous le conseille fortement.

De par les différentes aventures qu’ont subit ces 2 hommes dans leurs vies, ils ont décidé d’adopter des changement en gardant seulement les objets avec une vraie utilité. S’entourer de toutes sortes de choses ne permet pas d’être heureux, au contraire cela peut devenir une source de frustration d’autant plus que l’on en veut toujours plus. Ryan et Joshua sont beaucoup plus heureux depuis qu’ils ont choisi d’être minimalistes et ont envie de partager cette recette du bonheur autour d’eux. 

@theminimalists

Une société de surconsommation

Je pense en effet que nous sommes dans une société de surconsommation où nous n’achetons désormais plus ce dont nous avons besoin mais consommons par envies, frustrations, pour suivre la mode ou encore pour prouver aux autres quelque chose. Or au fur et à mesure, on comprend bien que les achats compulsifs ne nous font aucun bien. Il est préférable d’acheter un beau pull ( que l’on portera sans se lasser ) plutôt que 5 pulls en acrylique qui vont s’abimer rapidement et que l’on ne portera au final jamais puisqu’ils grattent. Ce qui a bien été mon cas pendant longtemps. Chaque semaine, j’avais de nouveaux vêtements ou chaussures. Sauf que maintenant je serai incapable de savoir desquels ils s’agissaient puisque je m’en suis lassée très vite et qu’ils ont fini dans une collecte de vêtements. 

Le symptôme de «  je n’ai rien à me mettre » vient d’ailleurs de là. Une armoire qui est pleine à craquer mais qui ne présente aucun vêtement de qualité auquel on apporte un réel attachement.  Au final, j’ai un dressing bien rempli mais je ne mets que le tiers de ce qu’il s’y trouve. Une armoire bien rangée avec quelques vêtements ( mais que l’on aime ) aura un effet positif sur notre moral. 

Est ce que vous avez remarqué le nombre d’objets que l’on collectionne chez soi ? ( et je m’inclue entièrement dans ce propose puisque j’ai pendant longtemps eu du mal à résister dès que je voyais un nouvel objet déco, un nouveau livre, …). Si on revenait aux choses utiles comme Ryan et Joshua le préconisent , nous devrions uniquement avoir le nécessaire comme :  de la vaisselle pour nous et nos invités ( pas besoin de différents coloris et différentes formes ) , 2 parures de lit, une table, des chaises, une lampe … mais pas de superflu.La faute au marketing et à une trop grande digitalisation de nos vies ? 

Le marketing et les réseaux sociaux sont en effet 2 grands facteurs de cette surconsommation. Les marques nous poussent toujours à acheter plus et à considérer ce que l’on a déjà en notre possession comme obsolète. Vous venez d’acheter le iPhone 6 et il est déjà obsolète avec l’arrivée du 7 ? Vous venez d’acheter un caban, il est déjà démodé ? Et si la clef n’était de pas s’attacher aux modes mais de prendre en considération nos propres besoins. The Minimalists, ce n’est pas arrêter de consommer, c’est consommer réfléchi et arrêter les achats compulsifs.

Avec Instagram, nous avons tendance à nous comparer aux autres et à vouloir montrer aux autres ce que l’on fait et ce que l’on a. Sur le principe, j’aime Instagram car il permet de faire de belles découvertes (destinations, shopping, adresses …) or avec les stories c’est devenu plus que ça. On partage tout et n’importe quoi uniquement pour montrer aux autres ce que l’on fait. Instagram peut être néfaste pour ceux qui regardent et ceux qui postent.

C’est d’ailleurs également le cas pour les mariages où l’on a tendance a vouloir impressionner les convives et que l’on se doute que les photos font être diffusées sur les réseaux sociaux. Je suis pour un retour aux mariages où l’on ne se focaliserait pas sur les détails mais sur l’essentiel cad la cérémonie et la présence de nos proches pour cette journée merveilleuse. Une interdiction des téléphones aux mariages ?

Je ne dis pas qu’instagram c’est mal je pense juste qu’il ne faut pas tomber dans le piège et l’utiliser avec intelligence en gardant en tête que ce n’est qu’une infime partie de la vie des gens embellie avec la bonne mise en scène et le bon filtre. Rien ne sert donc de se comparer. 

Alors, on fait quoi pour adopter le minimalisme dans nos vies ? 

L’important est donc de profiter de ce que l’on possède déjà plutôt que de chercher à avoir toujours plus. Alors, concrètement on fait quoi ?

  • Tri. La première phase pour devenir minimaliste est donc d’effectuer un grand tri chez soi. On passe en revue le contenu de nos armoires et de notre maison en règle générale pour faire le tri et renoncer à un grand nombre. Les questions que vous devez vous posez à chaque fois sont les suivantes : est-ce que j’en ai besoin ? Est ce que je m’en suis servi cette année et combien de fois ? Ainsi, vous pourrez vous séparer des objets qui ne vous apportent rien.
  • Fini les achats compulsifs. Réfléchissez bien avant de vous lancez dans un achat. « Est ce que j’en ai vraiment besoin ? »
  • Déconnexion. Plus facile à dire qu’à faire, il est impératif de se déconnecter et d’arrêter de passer son temps sur son téléphone. On passe à coté de bien des choses et on se créé un stress inutile. Vivez l’instant présent en privilégiant les relations humaines plutot que des relations avec des objets qui ne vous apporteront pas de bonheur, bien au contraire. « Our memories are not in our things, our memories are in us » @theminimalists

@theminimalists

No Comments

Leave a Reply